impression 3D

(Vidéos) Textile durable et impression 3D

Un petit article facile sous la forme d’une vidéo découverte à l’instant dans lequel on peut observer une machine de frittage de poudre (SLS) de chez EOS utilisée pour la fabrication d’un "textile durable"…

Le sac fabriqué dans cette vidéo peut être acheté ici :

http://www.freedomofcreation.com/shop/order.php?pid=43

Haute couture et impression 3D

Voici une utilisation pour le moins surprenante de l’impression 3D : la haute couture.

Le 14 juillet dernier lors de la soirée d’ouverture de l’Amsterdam International Fashion Week le designer Iris van Herpen a proposé un modèle réalisé en… impression 3d par frittage sélectif (Selective Laser Sintered). Ce procédé consiste à fabriquer une pièce par empilement de couches grâce à la "cuisson" (frittage) sélective d’une poudre par un laser.

Le modèle proposé illustre la cristallisation de l’eau :

La réalisation a été confiée à la filiale de Materialise, .MGX. Materialise est le leader mondial de la fabrication rapide, grâce à un parc machine important et surtout le développement d’une offre logicielle dédiée à ce secteur en forte croissance.

Ces technologies n’ont pas terminé de faire parler d’elles…

Source : i.materialise

Développez votre imprimante 3D RepRap et gagnez 80 000 $

Après Makerbot, nous allons rester dans le domaine de l’impression 3D open source avec cette fois un projet qui m’a encore plus enthousiasmé de part sa philosophie et surtout de part ses objectifs en terme de technologie.

Il s’agit du projet RepRap dont le but est le développement d’une imprimante 3D open source et "auto-répliquante", c’est à dire que la machine permet de fabriquer au moins 60% des pièces la constituant.

A la différence de Makerbot, RepRap est un projet 100% communautaire issu de l’université de Bath en Grande-Bretagne et diffusé sous licence GNU GPL.

Deux machine sont jusqu’à présent été développées, la Darwin, remplacée aujourd’hui par la Mendel (photo). Il s’agit d’une imprimante utilisant le procédé FFF (Fused Filament Fabrication), soit l’extrusion thermoplastique, la chambre de fabrication offre un encombrement de 200 mm (W) x 200 mm (D) x 140 mm (H), soit deux fois plus grand que la Makerbot, pour un cout avoisinant les 400€.

Je ne vais pas m’attarder sur cette machine, le principe étant globalement toujours le même. Mais je vous invite à parcourir le wiki du projet et de vous attarder plus particulièrement sur la page des développements gérés par la communauté, il y a de quoi y passer des heures.

On y découvre la large gamme de matériaux utilisables : ABS, Polypro, HDPE, LDPE mais aussi résine époxy, ciment, argile et même aluminium.

On y découvre également une machine en Lego, une découpe laser, et plein d’autres choses qui feront le bonheur des designers, cadistes et autres bricoleurs de bureau d’études.

C’est bien beau tout ça mais mes 80000 $ alors ???

C’est vrai que je ne recule devant aucun titre aguicheur pour attirer le visiteur. Le Foresight Institute a lancé il y a quelques temps les Kartik M. Gada Humanitarian Innovation Prizes. Il s’agit d’un concours technologique dont le but est d’améliorer les vies de 1 milliard de gens les plus pauvres du monde avant 2020. Parmi les deux prix, il y a le Personal Manufacturing Prize.

Ce prix, en fait ces deux prix, consiste à développer une machine RepRap répondant à des critères bien précis.

Un prix intermédiaire de 20000$ sera remis le 31/12/2012 au meilleur projet répondant aux critères suivants :

  • Print at least three different materials, including one that is usefully electrically conductive.
  • The ability to print electronic circuit boards.
  • Print beds must be of a material which may be reused with minimal refurbishment for at least 20 print cycles.
  • Maintain a total materials and parts cost under $200 and that 90% of the volume of the printer parts be printed.
  • Demonstrate a build volume of the printer above 300x300x100mm in order to insure that items daily utility can be printed.
  • The capacity to print a full set of parts for a complete replica of itself within 10 days unattended save for clearing no more than one printer head jam.
  • The ability to print autonomously without a PC attached.
  • Uses no more than 60 watts of electrical power.

Le prix principal de 80000 $ sera lui attribué le 31/12/2015 (vous avez encore un peu de temps) à l’équipe qui aura sorti la machine ultime avec quelques critères supplémentaires :

  • That the cost of the material used for printing does not exceed $4/kilogram.
  • The capacity to print a full set of parts for a complete replica of itself within 7 days, including the time for reloading, and clearing of printer head jams.
  • Maintain a total materials and parts cost under $200 and that 90% of the volume of the printer parts be printed.

Bien entendu il s’agit de développer des machines sous licence RepRap GNU GPL. Donc si vous souhaitez participer à l’aventure c’est ici qu’il faut se montrer. Alors collèges, lycées, écoles diverses de France et de Navarre mais aussi passionnés de tout poils… BOUGEZ-VOUS !!!

Pour conclure, je vous invite également à vous intéresser au deuxième prix attribué par cette organisation, le Water Liberation Prize. Celui qui développera un device fonctionnant à l’énergie solaire, pouvant produire 4 litres d’eau potable par jour plus quelques autres critères, gagnera 50000$. Inventeur en herbe à vos planches à dessin.

L’impression 3D à la sauce Open Source

Les rares lecteurs qui me restent doivent connaître mon affection pour les procédés de fabrication rapide mieux connus sous le terme générique d’imprimantes 3D.

Il y a quelques semaines j’évoquais l’arrivée sur ce marché d’un acteur de poids en la présence de Hewlett Packard en imaginant la percée qu’allait connaître le 3d printing auprès du grand public. On m’a lors gentiment fait remarqué qu’avec un prix avoisinant les 14000 euros, le grand public risquait d’hésiter un poil avant de se lancer dans un tel investissement… que de frilosité ;)

Alors en bon Béarnais têtu, j’ai continué mes investigations et telle ne fut pas ma surprise de découvrir que l’impression 3D avait cédé à la mode de l’open source… Yeah… les sceptiques vont aller se rhabiller à l’issue de ces quelques lignes.

Pour commencer découvrons Makerbot. Cette société américaine a conçu une imprimante 3D de bureau et la commercialise en kit ou en pièces détachées. Vous pouvez donc à partir de 750 $ faire l’acquisition d’une véritable machine de prototypage rapide, la Cupcake CNC, qu’il vous faudra monter vous même. La boutique propose deux kits complets incluant même la matière première qui est de l’ABS en bobine ainsi que les pièces détachées qui vous permettront d’entretenir, de modifier et même de créer votre propre Makerbot.

Car il faut bien avouer que la machine en question mérite d’être un peu revue, ne serait ce que à cause de la petitesse de la chambre de fabrication qui propose un encombrement de 100mmx100mmx140mm ce qui limite considérablement le champs des possibles.

Le principe de fabrication est le même que chez Stratasys (partenaire de HP et opérateur historique du secteur de la fabrication rapide), la pièce est construite couche par couche avec un procédé de dépôt de fil d’ABS en fusion et extrudé à travers une buse "d’extrusion".

Je vous invite à consulter le site de Makerbot et en particulier la rubrique vidéos du blog, rien de tel pour voir la machine à l’oeuvre.

N’hésitez pas également à explorer le wiki. Je pourrais y passer des heures si je n’avais pas un job et une famille :) On y découvre apr exemple quelques projets en développement comme le Makerscan, un scanner 3D ou Makerbot Music qui explique comment utiliser Makerbot pour jouer de la musique…

Quid de l’open source ? cette page décrit le caractère Open source de Makerbot… En résumé :

Its open source. build it yourself if you want but remember to post any modifications.
If you’re selling them, you need to license the MakerBot name from us.
Buying parts from us directly supports us and further development in open source 3D printing. It also guarantees a uniform level of quality. It also simplifies your life by only having to deal with one supplier, (us).

Voici un exemple de réalisation d’une bricoleur du dimanche, la tête de Walt Disney….

Bon ce post est plutôt long, je vais donc attendre demain pour vous présenter un autre projet d’impression 3D Open source.

Hewlett Packard met enfin un pied dans l’impression 3D..

J’ai déjà parlé de l’impression 3D dans ce blog, nous avons même inclus cette technologie dans cette vidéo "prospective" tournée il y a une quinzaine de mois.

La machine que l’on voit sur cette vidéo est une Stratasys qui permet de faire du prototypage rapide par dépôt de fil ABS. Cette marque américaine vient de conclure un deal qui devrait faire passer l’impression 3D dans une nouvelle ère, celle du grand public.

uprint

Et l’heureux élu n’est autre que Hewlett Packard qui commercialisera une Stratasys, toujours la technique de dépôt de fil en fusion FDM, permettant de fabriquer des modèles de maximum 8 pouces par 6 pouces par 6 pouces. La machine sera suffisament petite pour être posée sur le bureau du designer.

Avec un prix approchant les 14900 $, la uPrint 3D fait entrer l’impression 3D dans une nouvelle ère. Reste à connaître le prix des consommables (fil, support, buse d’extrusion etc…).

We believe the time is right for 3D printing to become mainstream," said Stratasys Chairman and CEO Scott Crump. "We also believe that HP’s unmatched sales and distribution capabilities and Stratasys FDM technology is the right combination to achieve broader 3D printer usage worldwide. HP has made a similar move in this market before, capturing a dominant position in large-format 2D printers. Together we hope to repeat this success with 3D printers."

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 260 autres abonnés

%d bloggers like this: