Menu Accueil

Premier test de Riya

English version

Comme je l’ai déjà signalé ici, je participe au programme alpha test du site Riya, un exemple assez bluffant de ce que proposera le web 2.0. Riya est en fait un logiciel on-line de reconnaissance faciale et textuelle. Le principe est simple, on uploade une certain nombre de photos, on commence à indiquer à Riya qui est qui sur les photos afin que le logiciel puisse par la suite reconnaître les personnes et y assigner les tags correspondants. Je dois dire que j’étais assez sceptique avant de commencer les tests, finalement je suis complétement emballé… si bien que je vais y consacrer une catégorie sur ce blog.

Merci à Tara Hunt de me permettre de participer à cette phase de test.

Avant d’aller plus loin dans mon analyse dans de prochains posts (j’en réserve la primeur aux gens d’Ojos), je vais tout de même présenter quelques résultats des quelques heures que je viens de passer sur Riya.

La première étape,assez fastidieuse, consiste à uploader les 860 photos présentes dans un dossier créé à cet effet sur mon PC; processus assez long, qu’il est préférable de laisser se réaliser durant la nuit.

C’est ensuite que le jeu peut commencer et là je dois avouer que j’ai mis le paquet, les 3/4 des photos uploadées étant des photos de mes jumelles Cléo et Salomé. Je précise que sur certaines photos, j’ai moi même du mal à savoir qui est qui. Aprés une courte période d’entraînement avec les tags cleo et salome (le logiciel réclame une trentaine d’exemples pour bien fonctionner, bien entendu j’ai testé avec moins), j’ai laissé faire Riya. Et là surprise, le programme fonctionne à merveille. Bien sur, quelques erreurs ont été faites mais rarement lorsque mes deux filles étaient présentes sur la même photo.


L’interface de Riya


Pas facile celle là , ce fut une des quelques erreurs

Une des fonctions bien pratique de Riya est sa capacité à regrouper les photos non encore taggées afin de faciliter leur traitement. Ce regroupement est réalisé par rapprochement des visages. Cette fonction marche plutot pas mal et donne des résultats parfois amusant comme ici avec Emilie (22 ans, la marraine de Salomé) et Augustine (90 ans l’arrière grand-mère de mes filles).

et parfois attendrissant comme ici avec Samuel et son papa (la ressemblance est indéniable…).

Riya sera-t-il le test de paternité du 21ième siècle ?

Enfin pour en terminer temporairement, voici deux exemples de reconnaissance textuelle. Sur le second exemple, les amateurs de vin reconnaitrons une bonne bouteille de Juranà§on, Riya ne s’est pas contenté de reconnaitre le mot Juranà§on mais a également lu l’année (2003), vraiment trés fort:

Tags : , , , .

Catégories :Celui qui bosse

Tagué:

David Castéra

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :