Menu Accueil

De la v-finance au e-commerce

Dans le petit monde de la finance virtuelle, l’été fut marqué par une crise majeure ce qui n’a pas manqué d’alimenter les papiers de pas mal de journalistes mal informés et de détracteurs de Second Life qui n’ont pas encore compris qu’être « contre » ne servait à rien… C’est étonnant en fait de constater qu’une crise financière secoue également la planète… mais c’est une autre question et je laisserai aux spécialistes le soin de développer le sujet.

Mais cette crise virtuelle, qui en a déplumé certains de manière non virtuelle, fut l’occasion de faire un petit tout rapide et certainement non exhaustif de ce petit univers financier virtuel qui voudrait faire comme les grands.

Commençons par le nerf de la guerre : l’argent…

Dans Second Life la monnaie officielle et toute puissant est le Linden Dollar (L$ pour les intimes). Cette monnaie virtuelle diffusée par Linden Lab peut s’acheter et se vendre via le LindeX (Linden Dollar Exchange).

A l’heure où j’écris ce billet le change est de 366.9 L$/€ et de 0.003€/L$.

La vente de Linden dollar représente une source de revenus non négligeable pour Linden Lab, tout comme la ventes des sims, aussi la tentation de créer une monnaie alternative fut grande, ainsi est née le WIC (World Internet Currency) et sa plate forme de change le WIC Exchange. Il s’agit tout simplement d’une alternative au Linden dollar présentant un intérêt majeur, son indépendance et une frein majeur, son déploiement encore limité. Le change est de WIC$0.9615385/US$ et
US$0.965/WIC.

Bien entendu pour gérer tout cet argent et veiller au mieux sur les portefeuilles des résidents, rien ne vaut une banque. Et il faut bien dire qu’elles fleurissent : BCX Ban, J.T. Financial, The Ban, SL Investor Ban, L&L Ban and Trust, EasyLindens Ban, 8 Dragons Ban, BNT Financial (avant M2B), Midas Ban, SL Banca d’Italia…

le tout dans un marché non régulé, le far-west de la v-banque en quelque sorte. Et ce qui devait arriver arriva, la plus célèbre d’entre elles, la plus ancienne et la plus « florissante », Ginko Financial, a connu quelques déboires estivaux qui ont ébranlé tout l’univers financier de Second Life. La banque s’est retrouvée dans l’impossibilité de faire face à la demande de retrait d’argent de leurs clients paniqués par deux affaires : un détournement de fonds par un employé du World Stock Exchange et l’interdiction par Linden Lab des jeux d’argent (adios les casinos).

Il n’en fallait pas plus pour remettre sur le tapis la controverse au sujet de ces banques virtuelles, dont le fonctionnement repose sur un système de chaîne de Ponzi à la limite de l’arnaque. Plus d’info chez Reuters SL, ici et ici.*

Snapshot 003Pour compléter ce dispositif, n’oublions pas la bourse. Et dans Second Life, le maître est le WSE (World Stock Exchange) qui bien entendu, n’a pas été épargné par la crise citée auparavant. Le WSE annonce 67 entreprises côtées (et 9 IPO en cours). Avec des noms aussi mystérieux que Enigma Labs ou Hurricane industries, je vous conseille quand même de ne pas placer toutes vos billes d’un coup :).

Le WSE appartient à une société Australienne Hope Capital au même titre que WIC et Ourbank. Vous trouverez tout ce beau monde sur Hope Capital Island.

Des concurrents au WSE existent : le tout récent VSTEX, « the first second life stock exchange entirely managed from an open community », qui côte actuellement 6 entreprises, mais également ISE (International Stock Exchange), SL CApex (SL Capital exchange), AVIX…

Un français pour tenter une IPO ??? 🙂

Enfin pour compléter tout cela, il ne faut pas oublier les moyens de paiements car finalement c’est bien leur développement qui facilitera le e-commerce dans les univers virtuels (notez bien que je n’utilise pas le terme de v-commerce dans ce cas là 😉 ).

Snapshot 002

(vais-je oser m’offrir ce PicooZ ?)

Actuellement il n’est pas inconcevable de vendre de vrais produits en L$ dans Second Life, certains le font déjà comme par exemple IWOOT (voir inworld). Il est intéressant de constater que chez IWOOT, les prix sont les même inworld que sur le web alors que finalement le chiffre d’affaire fait inworld est imputé du montant de la commission prise par Linden Lab lors de la vente des Linden Dollar.
Mais le moyen de paiement le plus répandu pour les transactions entre résidents (qu’ils soient pros ou simples joueurs) est bel et bien Paypal.

Des alternatives font leur apparition comme Firstmeta, la première carte de crédit pour Second Life, mais aussi comme l’a signalé le toujours perspicace Wangxiang Tuxing (quelle idée d’avoir un nom aussi compliqué), une carte de débit que nous prépareraient les irlandais de PerfectCard.

En guise de conclusion pour ce post très succint sur un sujet aussi vaste (mais que voulez-vous… je ne suis pas un spécialiste de la question, mais promis je vais m’y mettre…), je voudrai remettre les choses dans leur contexte. j’ai souvent eu l’air dans ce billet de prendre les choses à la légère… mais ce n’est pas le cas. Bien entendu, les v-banques, les v-bourses, ne sont encore que des éléments ludiques (même si l’argent y a une place importante et qu’il convient d’être très prudent) et à prendre comme tel. Mais ne préfigurent-ils pas quelque chose de beaucoup plus sérieux ? Sommes nous prêts au passage de la v-finance vers la e-finance, du v-commerce vers le e-commerce (dans les univers virtuels bien sur) ?

Catégories :Celui qui bosse

David Castéra

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :