Menu Accueil

La tricherie institutionnalisée du foot

Je crois qu’en 5 ans c’est la première fois que je parle de foot sur ce blog. Globalement j’aime tous les sports et j’appréciais particulièrement le foot pour son universalité et sa simplicité. J’appréciais…

Mais depuis cette coupe du monde je n’apprécie plus, mais plus du tout. On ne va pas revenir sur le troupeau d’abrutis que nous, français, avons tenter de refourguer au Sud-Africains, ni même sur les nombreux matchs faussés par des décisions arbitrales erronées.. ça fait partie du jeu.

Non, ce qui me dégoute particulièrement c’est la tricherie institutionnalisée qui se manifeste régulièrement et dont le dernier épisode s’est déroulé lors du quart de finale opposant le Ghana à l’Uruguay.

Rappel des faits

Les deux équipes sont à 1 partout quand à la dernière seconde des prolongations un joueur ghanéen propulse un coup de tête qui surprend tout le monde. Tout le monde, excepté le joueur uruguayen Suarez qui repousse le ballon sur sa ligne de but d’un superbe arrêt réflexe. Problème, Suarez n’est pas un gardien de but mais un attaquant et qui plus est un buteur hors pair. Du coup, pénalty pour le Ghana, carton rouge pour Suarez… c’est le règlement. Et ce qui devait arriver arriva, le joueur ghanéen manque son pénalty et son équipe sera ensuite éliminée au tir au but.

Et je trouve ça particulièrement injuste pour deux raisons :

1) Il y avait but pour le Ghana

2) L’arbitre a bien vu et sanctionné la faute

Il n’y avait donc aucune raison de ne pas accorder ce but qui aurait donné la qualification au Ghana et à tout le continent africain qui en aurait bien eu besoin en plus de l’avoir bel et bien gagné sur le terrain.

Pourquoi, au foot, ne peut-on pas accorder un but qui ne souffre d’aucune contestation ? Sans la main illicite de Suarez la ballon serait rentré, il ne pouvait en être autrement… donc accordons ce but… ainsi point de soucis, il ne serait même pas la peine d’expulser le fautif qui après tout aurait pu simplement avoir un mauvais réflexe. Même si dans le cas de Suarez, la faute était volontaire et assumée au point que l’intéressé étale sa fierté à longueur de conférence de presse.

Franchement cette situation est écoeurante. Et n’allez pas me dire que ce n’est que du foot… c’est juste à l’image d’une société dans laquelle tricheurs et bandits sont des héros.

Catégories :Y'a des claques qui se perdent

Tagué:

David Castéra

3 réponses

  1. Tout est dit, je n’ai rien à ajouter si ce n’est que je suis dans le même état d’esprit. Et encore plus écœure par les déclarations d’après match de suarez et cie… A gerber

    J'aime

  2. Tu oublies le « coup de boule » de Zidane sur Materazzi à la finale en 2006… On en vient « aux mains », on fait perdre son équipe, mais on est quand même un héros!
    Bel exemple pour les minots… Si Zizou l’a fait, alors pourquoi pas moi au prochain tocard qui me gêne?

    J'aime

  3. Dans une entreprise normale, un salarié qui frappe un autre (quel que soit le motif) est susceptible d’être licencié pour faute lourde.
    Mais Zidane, on en a fait un héros!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :