Menu Accueil

Le numérique qui transforme…

change

Comme souvent, c’est la lecture d’un article qui m’inspire l’écriture d’un post sur ce blog. C’est ma manière de me fixer les idées, c’est avant tout pour moi, mais si certains lisent et commentent c’est mieux… c’est pour cela que j’avais créé ce blog il y a maintenant 10 ans, c’est aussi pour cela que la production connait des creux.. il y a des moments dans ma vie durant lesquels je n’ai plus d’idée 🙂 Passons…

Cette fois, c’est cet article qui m’a inspiré : http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-133069-coup-de-gueule-contre-la-scene-numerique-francaise-1119113.php

L’auteur y pointe du doigt un manque de vision claire de la France sur le numérique… c’est surement en partie vrai mais je n’en suis pas certain et là n’est pas mon sujet…

Je retiens ce paragraphe :

Le principal enjeu n’étant pas de construire des stratégies digitales comme le font nos entreprises. Le digital n’a pas d’existence propre ! L’enjeu est de construire des stratégies dans un monde digital. Grande différence ! Et donc de penser le monde à cinq ou dix ans, d’acquérir cette capacité de projection et de réflexion sur la complexité du monde et sur son amélioration.

Ceci, bien entendu, me ramène à mon quotidien professionnel… J’ai l’immense chance d’avoir un job riche et varié dans un domaine passionnant et en plein bouleversement : le numérique. J’ai les deux visions, celle de la TPE sous-traitante et celle du grand groupe et si les fonctionnements sont radicalement différents je me rends compte aujourd’hui que les problématiques liées au numérique sont exactement les mêmes et doivent être appréhendées de la même manière.

Commençons pas Immersive Lab. Immersive Lab développe des outils numériques (sites, applications, visite virtuelle etc…) pour des usages précis (ou pas).

Immersive Lab est fortement impactée par les évolutions technologiques, quand nous avons commencé en 2003, on ne parlait pas par exemple des applications, mais on parlait déjà de web 3D… Mais surtout Immersive Lab est fortement impactée par l’évolution de la culture numérique de ses clients ou prospects… et ça je ne peux que constater que nous mettons plus de temps à l’intégrer.

Nous pourrions prendre l’exemple du e-commerce avec la problématique de la marketplace, mais nous allons plutôt aller vers mon sujet favori du moment, qui fait la jonction entre mes vies professionnelles successives, l’Internet des objets. Il y a encore quelques mois, lorsque l’on évoquait la stratégie numérique avec un client nous parlions site web, appli, médias sociaux, e-commerce, trafic… globalement cela tournait peu ou prou autour de l’affichage de l’entreprise et de ses services sur un écran qu’il soit fixe ou mobile. Aujourd’hui nous allons parler beaucoup plus de la « numérisation » des produits de nos clients que de leur visibilité…

La culture numérique de nos clients changent, leurs pratiques aussi… L’agence digitale va devenir une Agence de digitalisation de produits ou services.

Nous devons nous y préparer et ce n’est pas simple…

Il en est de même pour la banque. Certes le banquier doit être à son aise et agile avec le multicanal, certes il doit proposer au client des applications toujours plus pertinentes pour gérer ses comptes, certes il doit améliorer l’expérience client en agence… mais surtout surtout, dans un monde qui change, et parfois parce que le numérique permet ces changements, le banquier doit se réinventer, imaginer des produits qui répondront aux nouveaux besoins de ce nouveau monde. La banque en ligne avec ses cartes gratuites et ses taux boostés, c’est bien mais en quoi cela répond il à une problématique autre que la simple surenchère commerciale ? En quoi cela répond-il, par exemple, au fait que demain nous achèterons de moins en moins nos biens de consommation ou que nous voulons que notre argent servent à des causes plus durables ?

Les Fintechs doivent, parait-il, répondre à cette nécessaire évolution des institutions financières, mais souvent leur réponse est technologique et s’inscrit dans la désintermédiation de la banque sans bouleverser radicalement l’offre aux clients. En quoi Bankin, qui est un excellent service au demeurant, apporte-t-il quelque chose d’absolument révolutionnaire ?

Même les plateformes de crowdfunding, qui pourtant touchent à la fois au métier de l’épargne et à celui du crédit, n’amènent pas une si grande disruption que cela dans la mesure où elles proposent au grand public un autre moyen d’épargner, peut être plus rémunérateur mais aussi plus risqué, et plus complexe en mettre en oeuvre et à gérer. Mais au moins, elles montrent aux gens une autre voix pour leur argent, une voix rendue accessible par le numérique…

Et c’est à cela que le banquier, l’agence web, le commerçant, vont devoir répondre dans les années à venir, à d’autres pratiques de consommation, à d’autres pratiques d’épargne, de crédit, bref à un mode de vie qui change souvent à l’aide (ou à cause, c’est selon) du numérique.

Quand on aura constaté que les gens covoiturent plus, ou louent des voitures sur Drivy et que donc ils achètent moins d’automobiles et que donc ils font moins de crédit auto, que propose-t-on pour les aider à accéder en toute confiance à ces nouveaux mode de consommation ?

Les chefs de produits ont du pain sur la planche… de même que les services de formation qui doivent absolument insuffler une forte culture numérique, et pas seulement la pratique des outils, dans nos entreprises.

Et au passage, un moyen d’anticiper c’est aussi d’augmenter la culture numérique de nos clients.. C’est pourquoi  il y a un an nous avons lancé chez Immersive Lab, les P’tits Déjeuners Vit’animés. Comme souvent ça démarre fort, puis le quotidien prend le dessus et ça s’essouffle.. promis à partir de juin je relance la machine…

Catégories :Celui qui bosse

David Castéra

1 réponse

  1. salut, et merci pour l’article. Je pense que nous y verrons plus clair une fois que la génération d’ados (et jeunes adultes 18-25 ans) actuelle sera apte à diriger et prendre des décisions … en tant que responsables.
    Cette génération du numérique, résonnera surement différemment de nous,
    En effet, la culture du numérique est depuis qqes années un sacré sujet, je fais parti de ce qui regrette de penser que nous, consommateurs, avons un incroyable retard. En grande majorité, nous attendons le produit mais nous ne créons pas l’offre pour en faire la demande.
    Professionnellement, et en tant que prestataire du numérique, je suis trop souvent déçu de subir l’offre ! Le temps m’est grignoté par celui que je passe à découvrir les offres, les produits et m’y retrouver. Le temps que je capte qqe chose, une autre apparaît… soit je capte pas, soit je capte et j’ai pas le temps…c’est pas faute d’avoir une couverture 4G ou le dernier mobile high-tech !
    Malgré tout, la passion est là et je m’efforce d’insuffler (pour reprendre l’expression) au mieux une culture numérique à mes clients plus que de leur vendre un produit ou une prestation, c’est juste comme analyse, mais le prix est à payer car cela demande beaucoup d’efforts et de temps. C’est en parlant et partageant avec eux que j’y arrive le mieux, en proposant des formations adaptées aussi et bien sur toujours plus de prestations que de produits.

    Sinon, tout le monde peut participer aux p’tits dej ?

    Steve Sans-chrestia_ 64_Informatique-Telecom

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :